Découvrez



Thème 1 : Pour ou contre la RQTH ?

Charline

289 Likes

Candidate soutenue par



Charline, 24 ans, est diagnostiquée dyspraxique au lycée et n’a jamais réellement été gênée par son handicap. Elle surprend même tout le monde à réussir sa classe préparatoire et à poursuivre ses études en école de commerce.


Les choses vont se compliquer pour Charline lors de son année de césure et de ses premières expériences professionnelles. Sa tutrice ne comprenait pas pourquoi de simples tâches pouvaient être si compliquées à réaliser pour Charline. C’est aussi à ce moment-là que l’étudiante se rend compte des conséquences de son handicap. À la dyspraxie va alors s’ajouter une forme de fragilité morale.


Elle-même s’y perd, entre les conséquences directes de la dyspraxie et ce qui pourrait être de l’ordre de la personnalité. Elle, qui est si travailleuse, souffre lorsqu’on lui reproche un manque de rigueur.


Finalement, Charline découvre qu’il est possible d’être reconnue Travailleur Handicapé et cela va tout changer. Au début, elle craint la discrimination lorsqu’elle l’indique sur son CV. Par la suite, elle constate que ce statut peut aussi être une force lorsque ses interlocuteurs ont un regard inclusif.